N°49 - décembre 1997

Responsable : A. Cazé (Orléans)
Faculté des Lettres, Langues et Sciences Humaines
Université d’Orléans
rue de Tours
45072 Orléans Cedex 2
télécopie 02 38 49 47 07
e-mail Institut.LANGUES@univ-orleans.fr
ou Recherche.LANGUES@univ-orleans.fr

ISSN : 1261-1913

Sommaire

* Editorial
* Compte rendu de l’Assemblée générale du 3 octobre 1997
* Congrès de Versailles-Saint-Quentin, 28-30 mai 1999
* Bourses Tocqueville 1998
* Annonces de colloques et manifestations
* Annonces diverses
* Publications

Editorial

Participation des jeunes chercheurs au Congrès EAAS de Lisbonne (3-6 avril 1998)

La présence et la participation au Congrès Européen des Américanistes, qui se tient tous les deux ans, revêt une importance toute particulière pour les jeunes chercheurs, qui ont beaucoup à gagner au contact d’autres collègues, d’autres méthodes et centres de recherche.
A un moment déterminant de leur carrière, c’est en effet un lieu et un moment privilégiés où des intérêts partagés se découvrent, où se nouent des contacts précieux, souvent de longue durée, où s’élaborent des projets de collaboration et d’échange. Il est encore temps de s’y inscrire, et l’AFEA, qui tient à encourager fortement ses jeunes chercheurs, notamment en les aidant financièrement, souhaite les retrouver nombreux à Lisbonne.

Liliane Kerjan

Pour l’aide financière, prendre contact avec le Trésorier
Serge Ricard
Allée Granados, Tour 10
13009 Marseille.

1. Compte rendu de l’assemblée générale du 3 octobre 1997

* Comptes 1996
Le trésorier de l’association, Serge Ricard, présente les comptes de l’association pour l’année 1996. Quitus lui est donné à l’unanimité.

* Question de civilisation au CAPES
Madame Anne-Marie Godé-Kuperberg, présidente du jury du CAPES d’anglais, intervient pour donner aux préparateurs son interprétation de la question de civilisation inscrite au programme, « Médias et information aux Etats-Unis depuis 1945 ». Elle précise d’emblée que l’objectif est d’évaluer la maîtrise des connaissances sur le monde anglophone dans l’exercice du regard critique sur des faits de civilisation et livre ensuite une liste de points à étudier en priorité :
o approche historique descriptive de l’évolution des médias américains de 1945 à 1997 ;
o le cadre juridique ;
o les médias en tant qu’entreprises ou acteurs économiques ; leurs pouvoirs ;
o l’accès à l’information : the people’s right to know ;
o médias et élites intellectuelles ; médias et masses populaires ;
o l’interaction entre pouvoirs politiques et médias ;
o les grands événements de l’histoire américaine dans la période couverte (maccarthysme, guerres de Corée et du Vietnam, droits civiques, Watergate, guerre du Golfe...) vus au prisme des médias, mais aussi le rôle de ceux-ci en tant qu’acteurs de ces événements ;
o les médias en tant que médiateurs : la transmission des valeurs, le façonnement des mentalités.

Madame Godé-Kuperberg ne souhaite pas donner à l’ouvrage de Marshall McLuhan, Understanding Media, et à la dimension d’interprétation sociologique ou philosophique une très grande importance.
Le débat s’engage avec l’assemblée sur des questions précises de délimitation du programme. John Dean et Claude-Jean Bertrand précisent que techniquement l’Internet n’est pas un ‘média’ et la présidente ajoute qu’un sujet ne saurait porter exclusivement ou même majoritairement sur ces questions de nouvelles technologies. Les échanges montrent aussi la grande difficulté à parvenir à un consensus entre collègues sur ce que représente un document ‘source primaire’, susceptible de faire l’objet d’un commentaire de texte au concours. L’exrcice est suffisamment déroutant pour les candidats pour qu’on s’efforce de ne pas creuser la disparité entre les préparations. Pour Vincent Michelot, l’égalité des chances au concours serait mise à mal si l’exercice de civilisation était un commentaire. Liliane Kerjan remercie Madame Godé-Kuperberg d’avoir répondu à l’invitation de l’association.
* Revue Française d’Etudes Américaines
Le traitement des chèques pour les cotisations annuelles est un processus lourd, coûteux et consommateur de temps avec les relances et échanges de courriers qu’il implique. Pour encourager les membres de l’association à régler par le biais du prélèvement automatique, proposition est faite d’augmenter le montant de la cotisation annuelle pour les règlements par chèque à 370 francs. Pour le prélèvement automatique, le montant reste à 350 francs. La proposition est adoptée (67 oui, 4 non, 1 abstention).
Il est par ailleurs précisé qu’un courrier va parvenir aux personnes qui à cette date n’ont pas encore réglé leur cotisation pour 1997. Dans la mesure où les Editions Belin facturent à l’association l’ensemble des numéros de la RFEA envoyés sur une année (coût que l’association ne peut supporter), les membres qui ne seront pas acquittés de leur cotisation 1997 au 31 octobre ne seront pas inclus dans l’annuaire 1997-98 qui paraîtra en décembre et rayés des listes d’abonnement à la RFEA.

Rectificatif est apporté à la composition du comité de rédaction de la RFEA telle qu’elle était apparue dans le bulletin n°48. Il s’établit comme suit :
Marie-Christine Lemardeley-Cunci (Paris-III) et Hubert Perrier (Paris-XIII), rédacteurs en chef ; John Atherton (Paris-VII), André Bleikasten (Strasbourg-II), Yves Carlet (Montpellier-III), Marc Chénetier (Paris-VII), Catherine Collomp (Paris-XII), Marianne Debouzy (Paris-VIII), Anne-Emmanuelle Deysine (Paris-X), Pierre Gervais (Paris-III), Pierre Guerlain (Marne-la-Vallée), Liliane Kerjan (Rennes-II), Evelyne Labbé (Paris-XII), Jacques Portes (Paris-VIII), Serge Ricard (Aix-Marseille), Roland Tissot (Lumière-Lyon II), Joseph Urbas (Paris-X).

Les rédacteurs en chef lancent un appel pour les hors-thèmes que la revue continuera de publier : il doit s’agir d’articles de valeur mais qui ne trouvent pas leur place dans un dossier du moment. Par ailleurs, une rubrique « Forum » permettra de publier des articles ou des essais susceptibles d’ouvrir des débats au sein de l’association. Enfin, la revue doit aussi être le lieu de la découverte de jeunes talents chez les thésards.

Tous les articles proposés à la revue doivent être adressés en 3 exemplaires aux rédacteurs (M.-C. Lemardeley-Cunci pour la littérature te H. Perrier pour la civilisation) afin de faciliter la procédure de lecture par deux lecteurs anonymes dont le rapport conditionnera l’acceptation de l’article par le comité de rédaction.

Prochaines livraisons de la revue :
o n°75 (janvier 98) : « Immigration et citoyenneté », resp. Annick Foucrier ;
o n°76 (mars 98) : « Technologie et représentation », resp. Divina Frau-Meigs et Antoine Cazé ;
o n°77 (juin 98) : « Le système de santé en question », resp. Eveline Thévenard.

Par ailleurs, les dossiers suivants ont été confiés à des responsables de thème sans qu’aucune date de publication ait été fixée. L’ordre de parution dépendra de l’avancement des dossiers :
o Claire Bruyère, L’édition américaine en mouvement ;
o Catherine Collomp, L’Amérique du Nord existe-t-elle ? ;
o Pierre Gervais, L’économie politique américaine ;
o Pierre Guerlain, Affirmative Action ;
o Jacques Portes et Marc Chénetier, Traduire l’Amérique ;
o Jacques Pothier, Ecrire entre deux langues ;
o Christine Savinel, Le modernisme américain ;
o Joseph Urbas, Tragédie et littérature.

Enfin, d’autres idées ont été émises lors du comité de rédaction du 2/10/97 :
o La philosophie américaine (précédent numéro, n°34) ;
o Théorie et pratique des ‘Cultural Studies’ ;
o La musique américaine ;
o La religion aux Etats-Unis ;
o ‘Political Correctness’.

Des propositions peuvent être adressées à Hubert Perrier et/ou Marie-Christine Lemardeley-Cunci, de préférence avant la prochaine réunion du comité de rédaction de la revue qui se tiendra le 20 janvier 1998.

* Congrès de Toulouse (22-24 mai 1998), « Traduire l’Amérique »
Marc Chénetier fait le point sur la préparation du congrès de Toulouse, déjà bien avancée, et présente l’organisation des trois journées, dont le format sera différent des habituels congrès de l’association puisque la première sera consacrée à des séances plénières :
o Vendredi 22 mai, après-midi : Etudes américaines
Présentation du colloque (Portes/ Chénetier)
Introduction à l’après-midi (présidence : John Atherton)
A. Conférences croisées : Richard Pells / Rob Kroes.
B. Débat sur les questions des études américaines en France

B.1. Aspects diachroniques, Héritage et principes : Forum dirigé par François Weil ;
B.2. Débat sur les études américaines aujourd’hui (Pierre Guerlain et al.) ;
B.3. Méthodologie de la civilisation américaine (Annick Foucrier/Marie-Jeanne Rossignol).
o Samedi 23 mai, matin : Assemblée Générale de l’AFEA.
o Samedi 23 mai, après-midi :

Conférence plénière de Harry Mathews.
1. Traductions littéraires (animateur, André Bleikasten) :
# Michel Gresset : « Traduire les auteurs du Sud » ;
# Nathalie Hind : « Le mythe du Sud » ;
# Martine Chard-Hutchinson : « L’intouchable de l’intouchable ou comment traduire le “In Kew Gardens” de Bernard Malamud » ;
# Isabelle Alfandary : Cummings ;
# Andrew Eastman : La poésie américaine dans la poésie française.

2. Transatlantic people :
# Fabienne Durand-Bogaert : Henry James ou la difficulté du partage ;
# Christine Raguet-Bouvard sur James ;
# Anne Ullmo sur Edith Wharton ;
# Géraldine Chouard sur Nabokov.

3. Traductions culturelles (animatrice G. Fabre ?) :
# Anne-Laure Tissut sur Paul West ;
# Ada Savin sur Cristina Garcia ;
# Andrée-Anne Kekeh sur Michelle Cliff ;
# Mireille Hardy sur Paul Auster ;
# Gordon Taylor sur Frank Chin ;
# Michel Feith sur Robert Lowell ;
# Françoise Palleau-Papin sur Stephen Wright.

+ Dimanche 24 mai, matin :

1. Atelier Image : Francis Bordat (sous-titrage) & François Brunet (photo).
2. Traduction des références culturelles (animateur B. Vincent) :
* Marie-Jeanne Rossignol ;
* Bernard Genton : « Johnny, Dick and Eddy » ;
* Jim Walker : « L’attitude et la législation linguistiques françaises : la traduction d’une peur de l’Amérique » ;
* Melinda Rias : « La couverture économique des Etats-Unis par Le Monde » ;
* Jean Louis Lampel sur Louis Wolfson ;
* Joseph Zitomersky : « The bias in the treatment of the US in Swedish secondary textbooks of history, geography and religion ».

3. Traductions conceptuelles (animateur J. Heffer) :
* Denis Lacorne : « Traduire le multiculturalisme » ;
* C. Sabaggh : « Affirmative action » ;
* A.M. Grimaud : « Les fondations américaines en France » ;
* Catherine Pouzoulet sur la ville ;
* J.Y. Pellegrin : « Géographie de la Renaissance et du Nouveau-Monde : transcription et transfert » ;
* Eliane Elmaleh sur le féminisme.

o Congrès de Versailles-Saint-Quentin (28-30 mai 1999)
Le congrès de 1999 aura lieu à l’université de Versailles-Saint-Quentin. Jacques Pothier, qui est chargé de l’organisation matérielle, a fait une proposition de thème, « L’invention de l’Américain : appartenances et dissidences », parue dans le bulletin n°48. L’assemblée générale de mai avait remis à octobre le choix du sujet, plusieurs propositions étant en lice mais aucune véritablement élaborée ou suffisamment transversale pour rassembler littéraires et civilisationnistes. Bernard Vincent et Françoise Sammarcelli présentent une proposition intitulée « Mainstream America ». Le débat s’engage, qui fait apparaître les similitudes et les cohérences entre les deux thèmes proposés. On indique que les travaux de l’association se sont souvent intéressés aux marges et sans doute moins fréquemment à la majorité ou au centre par rapport auxquels les marges se définissent. Sont aussi mises en évidence les continuités ou ruptures entre les thèmes de Toulouse et Versailles-Saint-Quentin. Le vote de l’assemblée donne le résultat suivant : « L’invention de l’Américain : appartenances et dissidences » (Jacques Pothier) : 4 voix ; « Mainstream America » (Bernard Vincent & Françoise Sammarcelli) : 60 voix ; 4 abstentions. [voir présentation du projet ci-dessous]
* Election d’un nouveau membre du bureau
Sylvia Ullmo voit son mandat au bureau de l’association arriver à son terme. Deux candidates se sont déclarées pour ce siège, Michèle Gibault, professeur à l’université d’Amiens, et Dominique Marçais, professeur à l’université d’Orléans. La présidente, Liliane Kerjan, présente les deux candidatures. Le vote donne les résultats suivants : Michèle Gibault, 29 voix (élue) ; Dominique Marçais, 21 voix ; 4 abstentions.

# Représentation de l’AFEA
On procède à l’élection de deux représentants de l’association :
-auprès de l’EAAS : Marc Chénetier, professeur à l’Université Paris-VII, élu à l’unanimité ;
-auprès de l’EAAS Historians (Middleburg) : Serge Ricard, professeur à l’université Aix-Marseille-I, élu à l’unanimité.

# Ambassade américaine
Suite à une intervention de François Weil sur la volonté affichée par le nouvel ambassadeur des Etats-Unis de mettre les relations culturelles et universitaires au centre de ses préoccupations, la présidente de l’association est mandatée à l’unanimité pour prendre contact avec Monsieur Rohatyn afin de lui présenter le rôle et l’importance de l’AFEA dans la diffusion de la culture américaine en France et de lui renouveler la demande de soutien de nos activités par les services culturels de l’ambassade.

2. Congrès de Versailles-Saint-Quentin, 28-30 mai 1999

« Mainstream America »
responsables Françoise Sammarcelli (Lille-III) & Bernard Vincent (Orléans)

« Mainstream America » est une expression (intraduisible) qui renvoie à l’Amérique moyenne, à l’Amérique profonde, à celle de la tradition, de la majorité dominante, de la « normalité ». Dans le cadre du congrès de 1999, il s’agira, au lieu de regarder la réalité américaine depuis les marges ou la périphérie comme on le fait communément, de l’aborder par son milieu, son centre, ce qui en fait le noyau (historiquement fluctuant) — quitte à éclairer les alentours à partir de ce foyer central.
Au lieu d’avoir les yeux fixés sur les bords de l’objet, on s’intéressera donc à ce qu’il y a entre les bords, à ce que la banalité de cette autre « Amérique centrale » peut avoir de révélateur, d’inattendu — parfois d’effrayant. Les civilisationnistes et historiens trouveront aisément leur compte dans ce thème (pour peu qu’ils résistent à l’appel des « marges ») ; les historiographes pourront s’interroger sur les différents types de réalité que la tradition des études américaines a privilégiés ou négligés ; les littéraires auront eux comme perspectives de réflexion la « mainstream literature », cela va de soi, mais aussi les représentations de l’Amérique profonde dans la fiction, la poésie, le théâtre (The Heart of the Heart of the Country, « dirty realism », etc.). Tous pourront aussi se poser des problèmes de méthode sur la façon d’aborder la pluralité de l’Amérique. Les propositions de communication ou d’atelier, accompagnées d’une page de présentation, devront être adressées :

* pour la littérature, à Françoise Sammarcelli, 11 avenue Jean Aicard, 75011 Paris ;
* pour l’histoire et la civilisation, à Bernard Vincent, 65 rue Claude Bernard, 75005 Paris (e-mail, bvincent@club-internet.fr).

3. Bourses Tocqueville 1998

Sous réserve d’un déblocage des subventions attendues, la French-American Foundation attribuera en 1998 des bourses d’un ou plusieurs mois à de jeunes chercheurs se spécialisant dans l’étude des Etats-Unis d’aujourd’hui (aspects économiques, politiques, sociaux ou culturels exclusivement). Ces bourses sont ouvertes aux universitaires ainsi qu’aux professeurs de l’enseignement secondaire. Age maximum : 35 ans. Montant global (indépendamment de la durée du séjour) : de 10 000 à 15 000 FF. Les candidatures, sur papier libre, avec CV, sujet de recherche (1 page), lettres éventuelles de recommandation, sont à envoyer, avant le 1er mars 1998, à :

Mme France Bursaux, French-American Foundation, 102 avenue du Maine, 75014 Paris, (Tél : 01-43-35-04-81)

.

4. Annonces de colloques et manifestations

* Centre d’Etudes et de Recherches Inter-Langues (CERIL), Colloque pluridisciplinaire « Communautés humaines dans les Amériques », 26-27 mars 1998, Université du Havre. Tous renseignements auprès de Marie-Pierre Kerneur, Annie Blondel, Claire Bourguignon, Jean-Paul Barbiche, Nada Afiouni. L’inscription définitive devra parvenir au plus tard le 15 janvier 1998 à CERIL, Faculté des Affaires Internationales, 25 rue Philippe Lebon BP 420, 76057 Le Havre Cedex. ( 02 35 19 67 32, fax 02 35 19 57 82, e-mail barbiche@fst.univ-lehavre.fr
* Colloque du Groupe de recherches Tropismes (Université Paris-X Nanterre), 3 avril 1998, sur le thème « Donner à voir ». Le sujet de recherche du Séminaire de Tropismes pour les deux années à venir est « Donner à voir ». Il est présenté par Chantal Delourme :
« Il s’agira d’interroger certaines des modalités de cet infinitif dans le texte littéraire en considérant les rapports que celui-ci entretient avec le voir. La réflexion pourrait se donner pour objet les points suivants :
-l’écart suscité par le « à » entre le verbe donner et son objet et cet espacement qu’il y ouvre, battement entre voir/ne pas voir, visible/invisible, donner à voir/donner à lire, voir à lire/lire à voir ;
-les artefacts auxquels a recours le texte littéraire pour convoquer le voir, dispositifs narratifs, descriptifs ou textuels et les entre-jeux qu’ils provoquent ;
-les mises en scène phénoménologique, fantasmatique, théophanique du lieu du voir ;
-les objets médiateurs, le miroir, le voile, la toile, l’écran et les jeux qu’ils suscitent avec l’inscription des signes ;
-la temporalité propre à cette promesse, l’événement comme diffèrement et les tensions engendrées par cette temporalité dans une structure narrative « close » ;
-la place du sujet/des sujets (personnage, narrateur, auteur, narrataire, lecteur) impliqués/effacés dans ce don.

Bibliographie :
-Lyotard, J.-F., Discours, figure, Editions Klincksieck, 1971 ;
-Derrida, J., Mémoires d’aveugle, Edition de la Réunion des Musées Nationaux, 1990.
-Marin, L., De la représentation, Gallimard, 1994.
-Marin, L., Des pouvoirs de l’image, Minuit, 1993.
-Didi-Huberman, G., Devant l’image, Minuit, 1990.
-Marion, J.-L., Etant donné. Essai sur la phénoménologie de la donation, PUF, 1997. »

Pour tout renseignement complémentaire, contacter Jean-Pierre Naugrette, Cornelius Crowley ou Jean-Jacques Lecercle, Université Paris-X, 200 av de la République, 92001 Nanterre.
* le Groupe de Recherches en Etudes Anglophones du Mans (GREAM) organise un colloque sur le thème « Héritages » les 24 et 25 avril 1998. Voir le détail dans le Bulletin de l’AFEA n°47. Adressez les projets de communication (500 mots maximum) avant le 15 janvier 1998 à Richard Tholoniat, GREAM, Département d’Etudes Anglophones, Faculté des Lettres et Sciences Humaines Université du Maine, av Olivier Messiaen, 72085 Le Mans Cedex 9.
* 1998 International Hemingway Conference, 25-31 May 1998, Les Saintes-Maries-de-la-Mer. The conference theme is “Hemingway in Provence”, but papers and panels on all Hemigway-related topics are invited. Late submissions will be considered (up to program capacity). Persons wishing to participate in panel-discussion sessions may still volunteer. Contact Conference Director for more details, Professor H.R. Stoneback, Dept of English, SUNY-New Paltz, New Paltz NY 12561 ; ( 914-257-2750, fax : 914-257-3367. For accommodation details, contact Dominique Francingues, Camargue Congrès, av. Théodore Aubanel, 13460 Les Saintes-Maries-de-la-Mer, ( 04 90 97 75 03).
* Rectificatif : le premier colloque organisé par le Centre de Recherche « Littératures, arts et cultures de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis » (Institut du Monde Anglophone de l’Université Paris-III) sur « L’inhumain » aura lieu les 5 et 6 juin 1998 (et non les 20 et 21 mars comme annoncé précédemment).
La date-limite pour l’envoi des projets de communication reste fixée au 15 décembre 1997.
* Colloque organisé par l’UFR anglo-américaine de l’université Paris-X Nanterre (Anne Deysine) sur le thème « Argent et politique, Etats-Unis et ailleurs », vendredi 12 juin 1998, matin et après-midi. Ce colloque pluridisciplinaire par son thème accueillera aussi bien les américanistes que les juristes et politologues. Centré sur les Etats-Unis, le sujet est abordé sous le double angle comparatiste et international, ce qui permettra d’aborder des aspects aussi variés que le financements des élections (aux Etats-Unis, en France...), le lobbying, les phénomènes de corruption (Japon), les décalages dans les concepts juridiques recouvrant ces réalités (corruption, abus de biens sociaux...) et le traitement international des commissions (FMI, Foreign Corrupt Practices Act). Trois axes de réflexion sont suggérés :
-l’omniprésence de l’argent ;
-l’impact de l’argent omniprésent ;
- peut-on lutter ?

Envoyez vos propositions à Anne Deysine, Université Paris-X, 200 av de la République, 92001 Nanterre. Fax 01 40 97 56 74 ou 01 40 97 76 05.
* Appel à communication : l’Institut de Recherche du Monde Anglophone (IRMA) de l’Université de Provence organise une (des) journée(s) d’étude les 9 (10) octobre 1998, « Lectures critiques de l’oeuvre d’Ambrose Bierce ».
Le groupe de recherche « Ecritures romanesques nord-américaines » (IRMA-ERNA) choisit de prendre à rebours la question de l’écriture romanesque en consacrant une journée d’études à un nouvelliste pour qui le roman, si l’on en croit le Dictionnaire du Diable, n’est rien d’autre que du remplissage — « a short story padded ». On privilégiera trois orientations : a) l’étrangeté du texte ; b) imaginaire et historicité ; c) esthétique de la nouvelle.
Les propositions de communication peuvent être adressées à Annick Duperray, DEMA, Université de Provence, 29 av Robert-Schuman, 13621 Aix-en-Provence Cedex 1, avant le 31 mai 1998.
* Groupe de Recherche sur l’Histoire Culturelle et les Relations Internationales (CHIR), Barbara Karsky et Marie-Jeanne Rossignol, Institut Charles V, Université Paris-VII. Le colloque « The Role of Objects and Individuals in the Construction and Dissemination of National Values : The United States in an International Perspective » aura lieu les 3 et 4 juin 1999 à Paris-VII. Une réunion intermédiaire de réflexion aura lieu le vendredi 29 mai 1998 à l’Institut Charles V. Elle portera sur les thèmes suivants : « Qu’est-ce que l’histoire culturelle ? Quels en sont les paramètres en histoire des relations internationales ? Le point de vue des américanistes et d’autres spécialistes des “area studies” ». Si vous souhaitez y participer, merci de prévenir Barbara Karsky et Marie-Jeanne Rossignol.
Base de discussion :
Les frontières de l’histoire culturelle ne cessent de s’élargir. L’histoire des relations internationales elle aussi déborde des confins où la cloisonnait autrefois l’histoire diplomatique : les acteurs non-étatiques sont au coeur des études actuelles, de même que l’étude des représentations et perceptions mutuelles. Ces deux domaines en pleine expansion se rejoignent. Le CHIR se propose d’explorer leurs pôles d’intersection et de contribuer de cette façon au défrichement de l’histoire culturelle des relations internationales. D’où l’accent mis sur les notions de réciprocité, domination, impérialisme et colonisation qui sont au centre des débats actuels sur la diffusion des modèles culturels. D’où l’importance des agents non-traditionnels des relations internationales et des supports matériels de la transmission des valeurs. Le thème du colloque découle de cette problématique générale que l’on cherchera certes à circonscrire, mais dont on aura le souci d’envisager toutes les potentialités. Contacts : Barbara Karsky & Marie-Jeanne Rossignol, Institut Charles V, Université Paris-VII, 10 rue Charles V, 75004 Paris, France. Karsky fax 33 1 44 07 00 59, e-mail KBS-FR@WORLD-NET.SCT.FR ; Rossignol fax 33 1 44 78 34 73, e-mail rossignol@paris7.jussieu.fr

5. Annonces diverses

* Charles Molesworth, professeur à Queens College (CUNY), invité à l’Université de Paris-VIII au 2è semstre 1997-98, propose aux universités qui le souhaiteraient de faire, dans le cadre du programme de l’agrégation, une conférence sur Jean Toomer et la Harlem Renaissance. Contact avant le 16 février 1998 : fax 00 1 718 997 46 93 ; à partir du 17 février 1998 : ( 01 40 46 81 35.
Pour tout renseignement complémentaire, s’adresser à Noëlle Batt, fax 01 49 40 68 48.
* Marc Chénetier, qui dirige la collection « Voix Américaines » chez Belin, est prêt à examiner les projets que pourraient lui adresser les américanistes littéraires.
29, rue Georges-Pitard, 75015 Paris ; ( & fax 01 48 56 15 54, e-mail marc.chenetier@ wanadoo.fr
* The Barra Foundation International Research Fellowships in American History and Culture for 1998-1999.
The Library Company of Philadelphia and the Historical Society of Pennsylvania each year jointly offer one-month fellowship support to research in residence in their collections by a foreign national scholar living outside the United States. The fellowship is funded by the Barra Foundation, Inc. The fellowship supports both post-doctoral and dissertation research. The project proposal should demonstrate that the Library Company and the Historical Society have primary resources central to the research topic. Candidates are encouraged to inquire about the appropriateness of a proposed topic before applying. The fellowship is tenable for one month at any time from June 1998 to May 1999. The stipend is $2,000, plus an allowance for travel expenses.
Candidates must apply by February 1, 1998. There are no application forms. To apply, send a curriculum vitae, a two to four page description of the project, and one letter of reference to : James Green, Assistant Librarian, Library Company of Philadelphia, 1314 Locust Street, Philadelphia, PA 19107. ( (215) 546-5167 ; e-mail jgreen@worldlynx.net

6. Publications

* « Vie privée, bien public : histoire de la sociabilité américaine ».Cahiers Charles V 22 (1997), Université Paris-VII.
* « Musique en textes ». Tropismes 8 (1997), Université Paris-X.
* L’ouvrage de Mark Meigs, Optimism at Armaggedon : Voices of American Participants in the First World War a été sélectionné comme « Outstanding Academic Book » par Choice.