Parution n°119

Poster 119 {JPEG}

Le retard du numéro 119 de la revue est dû à plusieurs facteurs, au nombre desquels, sans aucun doute, le mouvement contestataire sans précédent qui depuis trois mois agite les universités et nous préoccupe collectivement.

Il est sans doute assez savoureux que le numéro à paraître en ces temps
sociaux et politiques troublés soit le n°119, qui est consacré à la fois à
l¹événement historique que fut l¹élection présidentielle de 2008 et à la
situation des établissements scolaires aux Etats-Unis. Les concordances ou
au contraire les discordances entre les situations française et américaine
ne pourront échapper aux lecteurs. Le numéro, conçu bien avant l¹amorce de la contestation actuelle, illustre, d¹une manière opportune et à plusieurs
égards, les thèmes et les revendications qui s’y sont exprimés.

Le dossier sur l¹éducation en particulier, qui porte en partie sur les
notions de responsabilisation et de liberté, sur lesquelles s’appuie la loi
No Child Left Behind, votée en 2002, fait nécessairement écho aux analyses
de la Loi relative aux responsabilités et à l’autonomies des universités
(LRU) votée en France en août 2007. En filigrane, parce qu¹il souligne
l¹hétérogénéité de l¹éducation primaire et secondaire aux Etats-Unis et
l¹échec scolaire des plus défavorisés, le dossier renvoie aux insuffisances
du système universitaire américain fréquemment invoqué par les défenseurs de la LRU. Ces insuffisances sont en particulier visibles dans les "colleges" à majorité noire ou hispanique. Le numéro dans son ensemble met en évidence la notion de responsabilité politique en matière d¹enseignement.

Par l’analyse critique qu’il propose du système scolaire états-unien, le
numéro 119 de la RFEA attire notre attention sur les dangers de l’évaluation
strictement quantitative de la production scientifique et sur ceux de la
bibliométrie. Numéro particulièrement riche et fourni, il donne l’occasion à
l’ensemble du comité de rédaction de la RFEA d’affirmer son attachement à
une production scientifique de qualité, que sous-tendent des critères
d’évaluation stricts, respectueux de la liberté de chacun et garants de la
qualité de la recherche.