Discours croisés : science et littérature américaine aux XXe et XXIe siècles

Dans le sillage de sa journée d’étude du 21 mars
2008
« Discours et objets scientifiques dans
l’imaginaire américain au XIXe siècle », le CEMRA
(Centre d’Etude sur les Modes de Représentation
Anglophone) de l’université Stendhal-Grenoble 3
organise du 26 au 28 mars 2009 un colloque
international « Discours croisés : science et
littérature américaine aux XXe et XXIe siècles
 ».
La littérature américaine, depuis ses origines, a
toujours entretenu avec le discours scientifique
une relation ambiguë : née à une époque où la
science se professionnalisait, elle n’a eu de
cesse de s’y référer, implicitement ou
explicitement, pour s’en démarquer ou au
contraire en tirer une légitimité. Cette
spécificité, présente dès le XIXe siècle,
s’affirme au XXe siècle, où la littérature
américaine se positionne par rapport aux
questions épistémologiques qui agitent le monde
scientifique.

Il ne s’agira pas dans ce colloque de
s’intéresser aux représentations de la science et
des hommes de science dans la littérature
américaine, mais plutôt de montrer comment le
discours scientifique habite et informe
l’écriture littéraire, et quelles relations les
deux discours entretiennent : contestation,
métaphorisation, légitimation réciproques, ou,
pour reprendre les termes de John Limon,
« preemption, treachery, alienation » (The Place
of Fiction in the Time of Science
). On pourra
s’interroger notamment sur les questions
suivantes :

  •  Quels usages la littérature américaine fait-elle des modèles et métaphores scientifiques ?
  •  Comment l’écriture se fait-elle le vecteur de réflexions épistémologiques ?
  •  Quels savoir(s) propose la littérature américaine, et quels sont les liens entre ces savoirs et le savoir scientifique ?
  •  Comment les technologies nouvelles de
    la communication affectent-elles l’imaginaire
    américain et son écriture ?

    A travers ces différentes pistes de réflexion, on
    pourra se demander, dans une perspective
    historique, si après avoir emprunté des voies
    divergentes au XIXe siècle, science et
    littérature ne se sont pas progressivement
    rapprochées aux siècles suivants.

    Les propositions de communication (300 mots), de
    préférence en anglais, sont à envoyer aux trois
    adresses ci-dessous pour le 15 octobre. Les
    réponses seront données aux auteurs début
    novembre.

    Claire Maniez, Professeur de littérature
    américaine

    Frédéric Dumas, MCF de littérature américaine

    Ronan Ludot-Vlasak, MCF de littérature américaine