CFP : "Les guerres culturelles aux Etats-Unis"

Appel à communication pour une journée d’étude
à l’Université Nice Sophia Antipolis

Vendredi 20 novembre 2015

Les guerres culturelles aux Etats-Unis

Près de vingt-cinq ans après la parution de l’ouvrage fondateur de James Davison Hunter Culture Wars : The Struggle to Define America (1991), cette journée d’étude se propose de revisiter le concept de « guerre culturelle » aux Etats-Unis. Au cœur du phénomène ayant marqué les années 1980 et 1990 se trouvent les débats, désaccords, et controverses opposant conservateurs et réformateurs sur des sujets de société aussi variés que l’avortement, l’homosexualité, le rôle de l’art, la censure, ou l’enseignement de l’histoire. Bien plus que de simples disputes, ces affrontements, très passionnels et médiatiques, témoignent de la difficulté de la société américaine à s’adapter à des changements sociaux sans précédent. Car c’est bien la délicate question de l’identité américaine qui se trouve au cœur de ces tensions.

Si de nombreux commentateurs considèrent que les attaques du 11 septembre 2001, ou encore l’élection de Barack Obama en 2008, ont mis fin aux guerres culturelles, force est de constater que la société américaine reste clivée sur un certain nombre de sujets. Ainsi, alors que les conservateurs semblent avoir perdu la bataille contre le mariage homosexuel, la décision Burwell vs. Hobby Lobby relance le débat sur l’avortement et la contraception. De même, l’enseignement de l’histoire et le contenu des manuels scolaires soulèvent toujours autant de passions, que ce soit au Texas ou dans le Colorado. Enfin, le débat qui oppose les créationnistes aux partisans de la théorie de l’Evolution semble avoir de beaux jours devant lui.

Cette journée d’étude est donc l’occasion de repenser le concept de guerre culturelle aux Etats-Unis. Les communications pourront porter sur des exemples précis de ces controverses, qui attestent de la polarisation d’une partie de la société américaine à la fin du vingtième siècle. Les participants sont également invités à réfléchir aux origines de ces tensions, de même qu’à leurs résonances sur le vingt-et-unième siècle. Enfin, l’on s’interrogera sur la persistance de ce phénomène aujourd’hui, tout en prenant en compte son évolution éventuelle et la nécessité d’une redéfinition.

Les communications pourront être en anglais ou en français.

Les actes de la journée seront publiés (en français) dans Cycnos, la revue des anglicistes de l’Université Nice Sophia Antipolis.

Les propositions de communication devront comporter : titre, nom de l’auteur, adresse mail, appartenance institutionnelle, cinq lignes présentant les activités de recherche, et un résumé (environ 300 mots).

Elles sont à envoyer avant le 15 février 2015 à Nathalie Massip : nmassip@unice.fr