CFP : Les débarquements fantômes et leurs aléas en Europe : 1940-1944

Appel à communications

Les débarquements fantômes et leurs aléas en Europe : 1940-1944

Please scroll down for English version

Les débarquements de Sicile, d’Anzio, de Normandie et de Provence sont bien connus aujourd’hui. Mais il y a également tous ceux qui n’ont pas eu lieu.

La défaite de la France et le repli britannique sur la poche de Dunkerque, puis l’évacuation des troupes qui y étaient bloquées par une flottille pour le moins disparate purent ainsi laisser envisager au haut commandement allemand qu’un débarquement rapide sur les plages anglaises était possible (opération Seelöwe).

De leur côté, certains préparatifs alliés visant à libérer l’Europe furent par exemple abandonnés en raison d’évolutions stratégiques (tel le débarquement envisagé par Churchill dans les Balkans en 1943), ou bien marqués par des campagnes secrètes de désinformation, qu’elles soient destinées à faire croire à l’ennemi que le débarquement aurait lieu dans le détroit du Pas de Calais (opération Fortitude sud/opération Quicksilver) ou en Norvège (opération Fortitude nord/opération Skye), ou encore que les alliés n’avaient pas déchiffré le code allemand.

Le vrai débarquement du 6 juin 1944 fut précédé d’échecs, que ce soit de raids, comme à Dieppe, ou de manoeuvres d’entraînement, comme celle de Slapton Sands dans le Devon.

L’ensemble de ces préparatifs exigeait une planification et une mise en œuvre d’opérations combinées, associant composantes maritimes, terrestres et aériennes – la difficulté, ou l’enjeu, pour l’assaillant étant de franchir la mer pour mettre pied sur une terre adverse.

À l’occasion du 70ème anniversaire du débarquement, l’ULCO accueillera donc les 27 et 28 novembre 2014 un colloque pluri-disciplinaire sur ces thèmes en son site de Boulogne sur mer où fut d’ailleurs rassemblée et s’entraîna de 1803 à 1805 une partie de l’Armée des Côtes de l’Océan en vue d’un débarquement en Angleterre qui n’eut jamais lieu.

Le colloque se propose d’aborder, tant du côté allié que du côté allemand, en quoi ces tentatives qui n’ont pas eu lieu et ces manœuvres d’entraînement ont permis le succès des débarquements de Normandie et de Provence en 1944.

À quelles images et à quelles représentations culturelles ont-elles également donné lieu ? Dans quelle mesure leur mémoire a-t-elle été conservée, en particulier en littérature et au cinéma ? Ces thématiques ont par exemple fait l’objet de romans, comme Fortitude ensuite adapté au cinéma, ou L’arme à l’œil (Eye of the Needle) également adapté au cinéma, de documentaires (sur l’opération Tiger), et sont présentes dans des séries télévisées (par exemple Foyle’s War).

Les propositions de communication en français ou en anglais (avec leur titre et d’une longueur de 300 mots environ), accompagnées d’une courte biographie devront être envoyées avant le 30 janvier 2014 à Xavier Boniface (Xavier.Boniface@univ-littoral.fr) et Nathalie Dupont (Nathalie.Dupont@univ-littoral.fr)

Les participants des propositions retenues en seront avertis au mois de février.

‘Ghost landings’ and their consequences in Europe : 1940-1944

The Allied landings in Sicily, Anzio, Normandy and Provence are well known today. But there are also those that never took place.

The fall of France and the British Expeditionary Force’s retreat to Dunkirk, followed by its evacuation thanks to a rather disparate fleet, may have led the German High Command to think that a quick landing on British beaches was possible (Operation Sea Lion).

For their part, some Allied plans to liberate Europe were abandoned, for example because of strategic developments–such as Churchill’s plan for a landing in the Balkans in 1943. Some Allied plans also turned out to be deception stratagems to convince the enemy that the Allied invasion would take place in the Pas de Calais (Operation Fortitude / Operation Quicksilver) or in Norway (Operation Skye), or that the German code had not been broken.

The real landing of June, 6 1944 was preceded by failures, whether raids- such as on Dieppe- or ill-fated large-scale rehearsals, such as Operation Tiger on Slapton Sands in Devon.

All these preparations required planning and the implementation of combined operations involving land, sea and air units–the difficulty or the challenge for the attacker being to cross the sea so as to set foot on enemy territory.

On the occasion of the 70th anniversary of D-day Landing, ULCO (Université du Littoral & de la Côte d’Opale) will welcome an interdisciplinary conference on those themes on November 27 and 28, 2014. The chosen location, Boulogne-sur-mer, matches the theme as it was where gathered and trained from 1803 to 1805 part of the Army of the Ocean Coasts for Napoleon’s aborted invasion of England.

The conference aims to address from the Allied and the German sides how the aforementioned ghost landings and preparations contributed to the success of the landings in Normandy and in Provence in 1944.

What kind of images and representations did they also give birth to ? How were they reflected in cultural media, and more particularly how were they portrayed in literature and film ? For example these themes appeared in novels like Fortitude, which then became a feature film, or in The Eye of the Needle, which also became a film, in documentaries (for example on Operation Tiger), or in television series (such as Foyle ’s War) .

Proposals in French or in English (with a title and an abstract of about 300 words), as well as a short biography, should be sent by January 30, 2014 to :

Xavier Boniface (Xavier.Boniface@univ-littoral.fr) and Nathalie Dupont (Nathalie.Dupont@univ-littoral.fr).

Participants will be notified in February.