CFP : " Corps en politique"

Appel à communications : « Corps en politique »

Colloque international organisé par le groupe de recherche CIMMA (« Constructions
Identitaires et Mobilisations dans le Monde Anglophone ») : http://imager.u-pec.fr/5-groupesde-travail/cimma

Dates : 8-9 septembre 2016, Université Paris-Est Créteil

Date butoir d’envoi des propositions (résumé de 300 mots et court CV) : 30 mars 2016
Envoi des réponses : courant mai 2016

Responsables scientifiques : Sonia Birocheau, Karine Chambefort, Mélanie Grué

Ce colloque propose de mettre en relation corps et politique en prenant ces deux termes dans leurs dimensions littérale et pratique, plus que symbolique et métaphorique. Le corps en politique s’entend en premier lieu comme le corps au service de la politique, le corps pour la politique. Toutefois, la proposition réciproque est tout aussi propice à l’analyse d’une multiplicité d’objets dans le monde anglophone. Le corps en politique, en effet, peut aussi être abordé avec la perspective inverse de la politique pour le corps et de l’emprise du politique sur les corps.

On privilégiera donc ici deux angles d’approche : le premier concevra le corps comme un instrument politique, un outil d’expression individuelle ou collective, dont il est fait un usage manifeste dans des contextes de mobilisations et de revendications politiques. Le second envisagera le corps comme cible et réceptacle des actions politiques. On se penchera alors sur le gouvernement des corps et sur la manière dont la politique agit physiquement sur les corps, de manière positive (protection, défense, promotion) ou négative (asservissement, oppression, persécution). L’objectif est d’envisager les corps individuels et collectifs dans un double rapport gouvernant/gouverné, afin de dégager les différentes manières dont les corps s’expriment dans le cadre politique et dont la politique s’imprime sur les corps.

Axe 1. Le corps, instrument politique
Le déploiement des corps dans l’espace public et son impact visuel et symbolique sont rarement étudiés en tant que tels. Pourtant, nombreux sont les moments de l’histoire des mouvements sociaux, qu’ils soient progressistes ou réactionnaires, où les combats politiques se sont traduits en termes d’occupation physique d’un espace concret ou symbolique. Les luttes sociales, anticoloniales, antiracistes, féministes, LGBT ou encore pro-life ont mis en œuvre des usages politiques des corps : marches, sit-ins, die-ins, défilés festifs, ou campements de type Occupy sont autant de mobilisations physiques qui ont donné corps, voix et visages à des idées politiques. Le corps peut y être célébré en tant que socle d’un sujet exalté dans sa matérialité (notamment lors des manifestations de la Gay Pride) ou mis en danger dans des moments plus radicaux pour devenir le terrain organique et viscéral de la confrontation politique (comme lors des grèves de la faim de suffragettes ou de prisonniers irlandais). Pourquoi de telles pratiques protestataires restent-elles des moyens de lutte privilégiés dans le registre de l’affrontement démocratique ?

On pourra s’interroger sur la matérialité de ce genre d’engagement dans le temps long, autrement dit, sur les traces que laissent ces mobilisations très physiques. Comment l’historien peut-il se saisir de ces effets d’occupation physique, au-delà des slogans ou des chiffres ? La représentation de ces corps engagés joue un rôle déterminant dans la mémoire politique. Lorsque les premières photographies de manifestations à Kennington Common à Londres en 1848 ont été retrouvées en 1977, les historiens des mouvements sociaux ne se sont-ils pas empressés de compter ces corps qui emplissaient l’espace, de scruter leur orientation sur les images, leur langage, pour en cerner le degré d’engagement ?

La question de la matérialité et de la durée pourra aussi permettre d’envisager des pratiques d’expression politique qui allient l’intimité de la chair à la revendication identitaire publique et où les corps portent les marques choisies de l’identité (à travers des tatouages, piercings ou implants) et apparaissent en eux-mêmes comme des instruments de la construction ou de la déconstruction de soi, au-delà des déterminismes biologiques et en réaction aux normes de l’apparence (comme l’attestent les jeux de genre, les distorsions de la masculinité ou de la féminité dans l’apparence, voire de la sexualité dans la trans-identité).

Le corps comme instrument politique n’est cependant pas l’apanage de la contestation. Il peut aussi être instrumentalisé par ceux qui gouvernent ou sont en campagne. On pourra donc entendre « les corps en politique » comme ceux des hommes et des femmes politiques, monarques, présidents, ministres ou candidats, qui font l’objet d’attention et de mises en scène (exaltation de la force physique d’Henri VIII dans les portraits de Holbein, dissimulation du handicap dans les photographies de Roosevelt, culture d’un corps sain par Barack et Michelle Obama). L’apparence, la silhouette, le style vestimentaire, le régime alimentaire, la vie biologique et sexuelle, sont scrutés par les différents médias, comme si les discours politiques étaient mis à l’épreuve du langage des corps.

Axe 2. Le corps, objet de la politique
L’étude des corps soulève aussi des questions philosophiques, morales et juridiques
fondamentales. Les premières notions de droit individuel énoncent la nécessité de protéger les corps contre l’assassinat et l’emprisonnement arbitraire : la notion d’Habeas Corpus, au fondement du droit anglo-saxon et invoquée de longue date par les militants et prisonniers (y compris dans des lieux d’incarcération récents comme Guantanamo), est incontournable dès lors que l’on s’intéresse à cette intersection entre politique et corps. La protection du corps est au fondement du droit en général, des droits individuels et de questions éthiques et morales diverses, dont certaines très contemporaines (comme le droit des femmes à disposer de leur corps, le droit à l’avortement ou l’assistance médicale en fin de vie). Comment ces problématiques se sont-elles exprimées dans le débat public, juridique ou politique, et comment leurs représentations visuelles ont-elles pu influer sur leur définition et leur redéfinition ?

On pourra ensuite s’interroger sur le corps comme enjeu principal du champ politique, où le pouvoir consisterait en une emprise sur les corps, un « biopouvoir » (Foucault) ou encore un « gouvernement des corps » (Fassin et Memmi). Ici, l’exploration des pratiques d’assujettissement, voire d’aliénation, des corps au travail paraît particulièrement intéressante. On pourra ainsi étudier les conditions de travail dans le système de production capitaliste, la régulation et le contrôle social des travailleurs, notamment dans la période récente où de nouvelles « zones grises » d’emploi ont vu le jour.

Hors du champ du travail, des pressions s’exercent aussi sur les corps des citoyens, à qui on enjoint de répondre à des normes et de se conformer à des usages dont la définition est éminemment politique. On pourra s’interroger tout d’abord sur la gestion des corps oisifs, qui peuvent subir des pressions sociales, à travers la normation des activités de loisirs par exemple, ou dont l’inaction peut au contraire être érigée en « art de vivre » et en critique de la société (comme le fait Stevenson dans Une apologie des oisifs). Qu’en est-il ensuite des corps malades, handicapés, âgés, en fin de vie ou dépendants, qui sont soumis à toutes sortes d’encadrement, de stigmatisation, voire de répression ?

Seront particulièrement bienvenues les propositions mettant en œuvre une approche empirique et historicisée des relations entre corps et politique ; celles privilégiant les études de cas ; ou celles s’inscrivant dans une perspective transdisciplinaire.

Pour leur envoi ainsi que pour toute question relative au colloque, merci d’écrire à CIMMA2016@hotmail.com

Comité d’organisation : Sonia Birocheau, Karine Chambefort, Mélanie Grué, Donna Kesselman, Guillaume Marche.

Call for papers : “Bodies and Politics”

An international conference organized by CIMMA (“Identity Constructions and Mobilizations in the English-Speaking World”) : http://imager.u-pec.fr/5-groupes-de-travail/cimma

Dates : September 8-9, 2016, Université Paris-Est Créteil, France

300-word abstracts and short CVs should be submitted by March 30, 2016

Selected speakers will be notified by May 2016

Scientific coordinators : Sonia Birocheau, Karine Chambefort, Mélanie Grué

This two-day conference will explore the interconnections between bodies – understood as physical, organic entities – and politics – taken in its most practical, concrete dimension. How may bodies be used/staged/physically modified to benefit political activism or political actions ? And at the same time, what impacts may policies or political decisions have on citizens’ bodies ?

Two main forms of relations between bodies and politics, both referring to a wide range of topics and to ongoing scholarly debates in the English-speaking world, will therefore be considered for study during this conference. First, bodies are frequently used in contexts of political mobilization and protest as individual and collective tools to convey a specific political message. Secondly, bodies are the targets and recipients of political actions ; they are subjected to governmental rules whose impact may be either positive (when they protect, defend or exalt bodies) or negative (when they dominate, oppress or persecute them). Analyzing situations in which individual and collective bodies rule or are being ruled should help identify a variety of bodily expressions in politics and of political influences on the body.

1. Political bodies :
As suggested by the history of progressive or conservative social movements, the public display of human bodies in demonstrations, as well as its visual and symbolic impact deserve close scrutiny. Throughout time, various forms of political activism have included some sort of physical occupation of actual or symbolic places. Whether it be in marches, sit-ins, die-ins, cheerful parades, or encampments ; in social, anticolonial, antiracist, feminist, LGBT, or pro-life struggles, the different parts of the body – the limbs, the voice, the face – have been used as instruments to convey a political message. Demonstrations, such as Gay Pride parades, have celebrated and glorified the material dimension of the body while some radical forms of protest, like the hunger strikes of suffragettes or Irish prisoners, have relied on a more visceral, organic, and dangerous, possibly lethal, use of the body. Why have such forms of protest been repeatedly used in democratic confrontations ?

It is important to consider the material dimension of these forms of political activism in the long term, or the records that we have of such mobilizations. How can historians examine actions like the physical occupation of a place, beyond slogans or numbers ? The representations of politically active bodies are crucial in terms of collective memory. When the photographs of the 1848 Chartist demonstrations on Kennington Common were discovered in 1977, social movement historians were keen to count the participants in the pictures and to study their bodily language, in order to assess the extent of people’s commitment to the cause.

The notions of physicality and duration are also central to the study of practices in which an individual’s own flesh serves a public claim for identity. Bodies then bear the marks of chosen identities (e.g. tattoos, piercing or implants) and become the instruments of a construction or deconstruction of the self that goes beyond biological determinism and against norms of physical appearance (as in gender roles and the distortions of masculinity and femininity, or even of sexuality in the case of trans-identity).

Protest is not the only context in which the body may be used as a political instrument ; it may also be instrumentalized by political figures in office or campaigning for office. The bodies of politicians, monarchs, presidents, cabinet members or candidates have always received special attention and care, and often been staged in public representations (Henry VIII’s physical force was celebrated in Holbein’s portraits ; Franklin D. Roosevelt’s disability was concealed in official photographs ; Barack and Michelle Obama’s healthy lifestyle has been promoted in the media). Political figures’ appearance, shape, dress and style, diet, biological life – including their sex lives – have been scrutinized by the media, which are keen to put political discourse to the test of body language.

2. Bodies as targets of politics :
Studying bodies also raises fundamental philosophical, moral and legal questions. The primary notion of individual rights asserts the necessity of protecting bodies against murder or arbitrary imprisonment. The concept of Habeas Corpus, which frames Anglo-Saxon law, has long been invoked by militants and prisoners (including in more contemporary places of incarceration, such as Guantanamo) and cannot be ignored in studies on the interconnections between bodies and politics. The protection of the body has been at the heart of legal, ethical and moral reflections, including recent ones on women’s right to control their bodies, abortion rights, or medical assistance in dying. How are these issues expressed in public, legal or political debates, and how does their representation in visual culture serve to define and redefine them ?

In the political field, the body may also be considered as an object that is submitted to power, here understood as a hold on bodies, a "biopower" (Foucault) or the "governing of bodies" (Fassin & Memmi). Exploring how working bodies have been subjected, or even alienated, in the capitalist mode of production, or how workers have been regulated and socially controlled, especially recently with the emergence of "gray zones" of employment, seems particularly interesting here.

Beyond work, citizens are also expected to fit within certain norms and conform to politically determined customs. It is necessary to reflect upon the management of idle bodies, whose leisure activities can be submitted to the pressure of social norms or whose inaction can be celebrated as the ultimate "art of living" and used as a social critique (as Stevenson does in An Apology for Idlers). What, then, is the status of the sick, disabled, aging, dying, dependent bodies, which are submitted to all sorts of control, stigmatization, and even repression ?

We welcome proposals with an empirical and historicizing approach of the interconnections between bodies and politics ; proposals relying on case studies ; and proposals using a trans-disciplinary approach.

Proposals and questions should be sent to : CIMMA2016@hotmail.com

Organizing committee : Sonia Birocheau, Karine Chambefort, Mélanie Grué, Donna Kesselman, Guillaume Marche